Premières anticipations

Notre mission : décrypter en amont les collections Automne-Hiver 2015.Mettre en avant les nouveautés. Tracer les grandes lignes des tendances émergentes. Etayer avec des exemples concrets. En somme, tâcher de vous éclairer dans votre quête de produits mode, en dressant le it parade de ce qui va rafraîchir la distribution, surprendre et donc, vraisemblablement, séduire.

 

Annoncer les tendances est comme prédire l’avenir ou rédiger un horoscope : nous aimerions tous savoir ce qui va plaire, mais, au bout du compte, il y a pléthore de propositions et surprises…Tout le monde (et personne) s’y retrouve ! Magazine professionnel oblige, nous avons procédé avec méthode, en réalisant un audit auprès d’un panel représentatif de marques spécialisées : sacs, bagages, gants, chapeaux, parapluies, foulards et bijoux. Nous avons cherché, à la source des collections AH14 ce qui relevait de la saisonnalité, dans des inspirations, styles, formats, matières, couleurs et finitions. Nous avons recueilli les informations, regroupé les points culminants convergents et dessiné un premier mood board, dont nous vous avons donné la primeur.

 

Maroquinerie

Fonctionnalité et praticité sont les maitres mots des fabricants pour évoquer les formes des sacs qu’ils proposent à la vente. Tous s’adressent à une working girl, baroudeuse chic…A ce jeu, les cabas, bowlings et messengers ont de beaux jours devant eux. Selon la marque Paquetage, « le shopping porté coude est le modèle incontournable de cette saison. Il déconcerte par son efficace simplicité. Sa bandoulière amovible le rend d’autant plus pratique et lui apporte une allure décontractée. Les portées travers se déclinent aussi en gibecière qu’en sac seau besace. ». En marge de modèle 80’s comme les bananes et les pochettes qui s’accrochent à la ceinture (Maison Texier), du look cartable (Fiorelli, Nica), valeur forte des collections créateurs PE14, et des sacs à dos, adaptés au style de vie  d’une nomade urbaine. La collection Roxy offre de nombreux sacs à dos scolaire (les mamans vont apprécier ce retour en grâce !) mais également urbains : « pour les jeunes, ils sont sport et fun et plus ou moins sophistiqués quand ils s’adressent à une clientèle sensible à la mode. » Les pochettes et baguettes (Sabatier) continuent de séduire pour sortir le soir. Les minaudières et les bourses, en vogue dans les concept stores, ne sont apparemment pas encore descendues dans la rue…

Si la volonté générale est de revisiter les classiques pour ancrer sa légitimité ou son authenticité, la tentation de réveiller la consommatrice avec des associations nouvelles de peaux, toiles et couleurs est palpable. Il s’agit de s’extirper des cuirs sauvages pour obtenir un aspect inédit. Ainsi, Kaem étend son concept  de cuir embossé à des peaux colorées. Grâce à des plaques métalliques, il gaufre le cuir pour lui donner un effet, en l’occurrence un style baroque. Chez Christian Lacroix, nous retrouvons ce principe, cette fois-ci appliquée au logo. « Ce qui caractérise cette saison, c’est le jeu discret et raffiné des contrastes sur un même sac : décliner des matières, des finitions différentes dans les mêmes coloris ou jouer sur un corps de sac très souple en nubuck avec un cadre en cuir rigide », explique Karine Dupont pour Pourchet. Le « mariage mixte » se conçoit dans un style bohème (patchwork et petits  pois vus chez Hedgren) ou plus nuancé avec beaucoup de tonalités sourdes (anthracite, indigo, carbone, cognac, lie-de-vin), des effets (métalisés, nacrés, vernis, glacés…) ou des petits clous (Mugler, Le Temps des Cerises). Chez Kipling, il s’exprime à travers la ligne Tone Tale (deux tons), noir et blanc, damier, zèbre, gris/rouge. Mais ce qui caractérise l’Automne-Hiver 2014, c’est aussi la multiplication de petits sacs ou sacoches pratiques destinés aux appareils high tech. Chez Jean-Louis Fourès, « l’agencement intérieur, volontairement clair, permettant un meilleur repérage, est conçu pour les différents objets nomades (smartphone, tablette…). « Quant à l’offre de Fossil, elle résume parfaitement la donne : « des articles à la fois mode et fonctionnels, parfaits pour les femmes actives : des cabas et patchwork de cuir, dotés de nombreux compartiments de rangement pour les tablettes et des mini sacs portés épaule. »

 

 

Bagages et business

L’engagement pour les produits adaptés à la technologie nomade ne se dément pas, comme l’illustre la gamme cuir dédiée au business de Delsey. La Daily Business et la Business Case, en cuir pleine fleur, se veulent plus mode, comprenez moins austères que les lignes d’affaires classiques, et seront commercialisées pour la Fête des Mères. Les arguments principaux des professionnels du bagage, qui présentent pour la plupart leurs nouveautés 2014 en janvier et non, précisément, leur saison AH14, restent la légèreté, la solidité (voir le « shock absorber system », Ligne Hausmann, Delsey) et la technologie. Sur ces critères, Samsonite lance Ultimo, un bagage cabine rigide, conçu avec un accès au panneau avant, renfermant ordinateurs et documents à saisir d’urgence, facilitant les passages au contrôle de sécurité des aéroports et gares. A l’inverse de cette mouvance design, nous retrouvons la citadine voyageuse portant de gros sacs à dos, sur roulettes, en toile, dont la praticabilité est néanmoins optimisée grâce aux finitions, poches, sangles… (repéré chez Dakine). Positionnée entre la maroquinerie et le bagage, la marque Jump joue quant à elle la carte du bicolore/bi-matières, signe fort noté précédemment.

 

Gants, parapluies et chapeaux

Les mains seraient-elles le nouveau must à exhiber ? Après l’envolée des bagues qui se lovent sur toute l’articulation du doigt, voici que les gantiers rivalisent d’excentricité. La dynamique observée sur les podiums des défilés ricoche et fait des petits… ou plutôt de longs gants. Les mitaines ne sont pas pour autant dépassés, mais à l’heure où les marques se détendent, elles prennent plaisir à l’afficher. Ainsi, dixit Agnelle : « la matière sera le fil conducteur de la collection. A la souplesse de l’agneau, viennent s’ajouter des techniques et des traitements innovants : stretching patine, lavage, ponçage, vieillissement, élasticité… La marque de gants s’approprie le jersey et le cachemire, tricote l’alpaga et l’angora, crochète les fils  de lurex, les fils de coton et de laines, travaille les peaux exotiques (pécari, serpent d’eau, peaux de poissons, cerf…° et d’omniprésentes fourrures (vison, renard, orylag, multicolore ou imprimé, lapin rasé en doublure). « La surenchère se traduit également par l’opposition de chaines, petits nœuds, micros boutons, fleurs, strass, logos perforés, zips et le choix de cuirs métallisées, de motifs animaliers (girafe, zèbre, tigre, panthère, peau de vaches) et floraux (vus chez Givenchy Story). Est-ce le mauvais temps du printemps dernier qui conduit les fabricants de parapluies à nous proposer des modèles repérables dans la grisaille de la brume et de l’asphalte ? Car ils emboitent, eux aussi, le chemin  de l’abondance avec une déferlante de couleurs, d’imprimés et de grands formats (vus chez Susino). En ce sens, Piganiol décline émeraude, pourpre, pourpre, violet d’orient, soie, fuschia pailleté et métallisé, et trois thèmes forts : le style anglais-fleurs William Morris, costume masculin, jardin anglais, peinture impressionniste-l’inspiration Garouste et Bonetti-feu, terre, volcan, tatouage-et un mélange entre Orient et Occident avec des jacquards exotiques. Exit la tentative capeline amorcée par Saint-Laurent pour le PE13, la dernière tendance qui a fait mouche pour le chapeau est le casque façon Hermès (collection AH12).La mode semble portée vers des modèles rétros et structurés (strucuturants ?!) autour de la tête. Le béret coiffe le haut du pavé. Titulaire du titre de « dernier fabricant de bérets français », Laulhère entame un nouveau chapitre de son extension dans un contexte favorable : « Un regard résolument neuf a été jeté sur la tradition Lauthère avec l’aide de l’étonnante designer Marie-Claire Barban (Chéri Bibi) qui nous a offert son point de vue. Nous avons apporté des variations au béret traditionnel féminin  et décliné trois autres formes : le chapeau cloche, très années trente ; le Coralle, un béret plus volumineux ; et le Fedora, hérité du Borsalino. Nous avons, par ailleurs, introduit des couleurs claires et pastels. » Pour la modiste Delphine Quirin, « si la mode est au vintage, c’est que les techniques de fabrication  n’ont guère évolué. » Elle réinvente elle aussi le béret en feutre, laine bouillie, lurex, velours lisse, pour une allure sportive. Dans ce contexte, les chignons banane ont du souci à se faire ! Gageons que cette inspiration  ne saura contenter les amatrices de hautes coiffes et que la surenchère de matières (laine, simili cuir, jerseys, fourrure…), motifs (jacquards, géométriques…) et ornements (fleurs, boutons…) comme ceux repérés chez Taffta, va trouver preneur.

 

Bijoux

Difficile d’escompter les tendances de l’Automne-Hiver prochain, à l’heure où la plupart des acteurs du bijou s’apprêtent à présenter le Printemps-Eté 2015, saison que nous avons déjà décryptée dans notre édition de décembre dernier dédiée à la bijouterie, et dans les pages Réassort du numéro que vous tenez entre les mains. Parmi  les nouvelles inspirations, nous pressentons un engouement  pour le jonc, ce bracelet serré autour du poignet mais ouvert sur l’intérieur : les perles en tout genre (verre, nacre, de culture, d’eau…), plus précisément, celles facettées, devraient s’enfiler rapidement autour du fil conducteur de la planète Mode. Le métal travaillé (martelé, ajouré, dentelle, filigrane…) continuerait sa percée, à l’image de la marque Tizzia et des « inclusions de feuilles d’or ou d’argent froissées contrastant avec le poli du métal », nouveautés de la collection AH15 de Louise Zoé. Un autre axe est le  « bijou de famille », le précieux qui se transmet de mère en file, à découvrir sur les nouvelles vitrines joaillerie de Première Classe (Nayes Stones, Ekria, Everen Kayar, am&lo by Ambre et Louise). Quid de la folie bestiale qui nous a gagnés ces dernières saisons ? Nous parions qu’elle risque de durer avec des totems toujours plus originaux, comme ces têtes de loup et ces chouettes vues chez Clio Blue. Quant à Martine Leherpeur Conseil, conceptrice des forums de tendances Who’s Next janvier 2015, elle pronostique : une tendance néo-ethnique (anneaux tribaux dans l’oreille/nez, bijoux au porté détourné), surréaliste (matières 3D, effets laqués), géométrique (dentelles de métal, résilles…), de gros bijoux couture (mélange de pierres, plumes…), l’esprit bad girl (bagues gang vues chez Cara Delevingne, égérie new-yorkaise), et le bijou de cheveux (pour la princesse qui sommeille en nous… et aime qu’on lui raconte des histoires, ndlr). On retrouve ces trois premières perspectives auprès d’Elizabeth Leriche, spécialiste du bijou fantaisie, qui a réalisé pour le comité Francéclat le cahier de tendances bijoux AH15. Elle préconise trois pistes de réflexion : « Archi-tonique », un thème futuriste qui surfe sur la montée de la technologie 3D, illustré par des bijoux sculpturaux, tridimensionnels, des verres architecturés, des géométries exacerbés, des volumes, facettes, pliages… « Poetic Nature », ou la volonté de se réapproprier la nature à l’heure du tout virtuel, avec des bijoux talismans, des pierres sur lesquelles on peut compter, des matières brutes, des inspirations végétales/minérales, des couleurs lichen, rouille, écorce, granit, lave… ; et « Arty-Ludique », une mouvance inspirée de la rue et du pop-art, représentée par des accumulations et superpositions de matières, des mariages inédits comme des détails sport associés aux strass, une exubérance et une fantaisie digne d’une année pleine de promesses. Celle, en tout cas, que nous réservent les tendances Automne-Hiver 2015…

Our mission: decode upcoming fall/winter 2015 collection. Highlight novelties. Define emerging trends. Provide definite examples. In short, try to guide you in your quest for fashion products with an “It” parade of trends that will update, surprise and very likely, attract you and customers alike.

Announcing fashion trends is like predicting the future or writing a horoscope: we would like to know everything “that people will like”, but in the end, there is a multitude of offers and surprises…Everyone (and no one) will find what they want! Since we are a professional media, we proceeded in a methodical way, by polling a representative panel of specialized labels: bags, luggage, gloves, hats, umbrellas, scarves, jewelry. We went to the source of fall-winter 2014 collections looking for seasonal inspirations, styles, sizes, materials, colors and details. We gathered information, grouped together converging key points and made an initial mood board to give you a first taste of what’s to come.

 

Leather goods for 2015

 

Functionality and practicality are the first two adjectives that manufacturers use to describe bag shapes that they will offer for the season. All of them are made for the working girl, the elegant adventurer…Totes, bowling bags and messenger bags have a good future. According to Paquetage, “The arm-held shopping bag is this season’s essential model. It is baffling how simple and efficient it is. The removable shoulder stop makes it even more practical and adds a casual look. The strap may be used for carrying as a shoulder, bucket and hobo bag.” On the fringe, we note the return of 80s models, such as the fanny pack and belt style, (Fiorelli,Nica), a sure value in SS 14 designer collections, backpacks, adapted to the urban nomad lifestyle. The Roxy collection has a number of school backpacks – mothers will be glad that they are back in style! – as well as city backpacks: “They are sporty  and fun for the younger generation and more sophisticated for fashion-minded customers.” Pouches and baguette bags (Sabatier) are still popular for evening wear. Minaudières and coin purses are trendy in concept stores, but apparently have not taken to the streets yet.

Although the general tendency is to relook classics in order to give a label a legitimate, authentic identity, there is also an obvious desire to surprise consumers with unusual combinations of leather, canvas and color. They bring out wild leathers for unusual, original looks. Kaem extends its embossed leather concept to colorful skins. Thanks to metallic plates, the label gives leather a quilted look for a baroque style. Christian Lacroix also uses the same concept for its logo. “This season is distinguished by discreet, refined contrasting combinations on the same bag: different materials, various trimmings in the same color tones or an unusual combination of supple, soft nubuck with a rigid metallic frame,” explains Karine Dupont for Pourchet. The “mixed marriage” concept is used for a Bohemian style (patchwork and polka dots by Hedgren) or more nuanced with many dark shades (anthracite, indigo, carbon, cognac, wine-red), effects (metallic, pearly, patent, shiny), or small studs (Mugler, Le temps des Cerises), kipling expresses the trend in the Tone Tale line (two tones), black and white checkerboard, grey/red zebra stripes.

However, the dominant trait for fall-winter 2014 is also the amount of small bags or practical cases for hi-tech devices. At Jean-Louis Fourès, “interior design is intentionally clear, making it easier to find things and is designed for various nomad objects (Smartphone pocket, tablet…)”, Fossil sums up the offer very well: “bags that are trendy and functional, perfect for active women: leather patchwork totes with numerous storage compartments for tablets and minl shoulder bags.”

 

Luggage and business

 

Delsey offers products adapted to the craze for hi-tech nomad objects and launches a leather business line. The Daily Business and Business Case collection in full-grain leather are more fashionable and less austere than traditional business lines and will be available for Mother’s Day. Most luggage professionals present their new products for 2014 in January, not précisément for FW 14,j and their key words remain lightweight  and sturdy – the “shock absorber system”, Haussmann line, Delsey  –  and technical, Samsonite launches “Ultimo” along those lines, a rigid carry-on designed with easy access to a front panel for storing computers or documents, for faster security clearance in airports and train stations. In contrast to the trend for hi-tech design, the urban traveler is back with large backpacks on wheels – in canvas and improved details such as pockets, straps – (seen at Dakine). Positioned between leather goods and luggage, the Jump label plays the bi-color/bi-material card a powerful statement as noted earlier.

 

Gloves, umbrellas, hats, scarves

 

Have hands become the new must-show? After the craze for rings that adorn every finger joint, glove-makers complete for ricocheted and produced many…long gloves. Mittens are not out of style, but in these days when labels let themselves go, they come out of the closet to show off! Agnelle uses jersey and cashmere, knits of alpaca and angora, crocheted lurex, cotton and wool, works with exotic leathers (peccary, water snake, fish skin, deer…) and omnipresent furs (mink, fox, multicolored or printed shaved orylag rabbit linings).” Labels also compete with additions of chains, small bows, micro-buttons, flowers, rhine-stones, perforated logos, zippers and a choice of metallic leathers, animal prints (giraffe, zebra, tiger, panther, cowhide) and florals (seen at Glove Story).

Did last spring’s bad weather incite umbrella manufacturers to offer models that stand out from the dismal mist and asphalt? Models are available in a myriad of colors, prints and larges sizes (seen at Susino). Pigniol has a remarkable offer in emerald, purple, oriental violet, silk, glittery, metallic fuchsia with three main themes: English style – William Morris

 

Laisser un commentaire