Nouveau concept de magasin, rajeunissement du style et croissance à l’international : un an après son acquisition par le groupe Renaissance Industries, les ambitions de la marque se précisent.

 

Repositionnement de la marque pour accroître les ambitions

< Le repositionnement produit et marché du maroquinier Texier aura été le premier chantier de son acquéreur. La refonte se vérifie dès la collection automne-hiver 2016 dévoilée en janvier dernier. En septembre 2016, l’entreprise a confié à Anne-Charlotte Desoutter, directrice du bureau de style venue de Le Tanneur, le soin d’articuler les fondamentaux de la marque avec pour ambition de séduire les femmes dès la trentaine. « Cette orientation, ajoute Stéphane Collaert, PDG de Texier, se traduit par des prix publics moyens plus accessibles, redescendus entre 250 et 300 € contre 450 et 650 auparavant ». « L’ambition, précise le responsable, est clairement de miser sur les atouts d’une fabrication française de sacs en cuir et mixtes à des tarifs abordables. Ce segment de marché nous semble très prometteur tant en France qu’à l’international ».

 

Refondement de la marque et de son identité

Autre chantier, la refonte de l’identité au moyen d’un logo et d’une charte graphique repensée et surtout d’un nouveau concept de magasin en propre. A ce jour, Texier en compte trois, respectivement basés à Paris, Strasbourg et Nantes. La boutique parisienne en dévoilera les partis pris dès sa réouverture, prévue le 22 septembre.

texier-paris

Tirer parti des synergies du groupe

Les magasins présenteront les collections de maroquinerie, mais aussi les bracelets Les Georgettes aux cuirs interchangeables, développés au sein du groupe par GL Altesse et dont les cuirs sont ouvragés par Texier.

Selon Stéphane Collaert, « le lancement, dès septembre, d’un sac en cuir Les Georgettes marquera une avancée des collaborations internes. Cette offre séduit déjà les bijouteries et les grands magasins qui référencent les manchettes ».

Un agrandissement de la diffusion de la marque

Après avoir consolidé sa diffusion en France (400 points de vente actifs, 3 boutiques en propre, deux franchises, un magasin d’usine et des corners au Printemps), Texier fournit désormais ses armes à l’exportation. « A ce jour, nous savons qu’il sera difficile de générer beaucoup plus de croissance en France aussi, dès 2017, l’effort portera sur l’international », indique le dirigeant. L’export ne représente encore que 20 % des ventes.

Europe du nord et Corée dans le viseur

En Europe, le groupe s’est attaché les services de distributeurs pour l’Allemagne, la Suisse, la Belgique et la Grande-Bretagne. A Saint-Petersbourg, la société compte déjà une franchise. A la faveur des opportunités identifiées sur les salons de travel retail, la marque s’est également installée en duty free en Scandinavie – « dans les anciennes implantations de Lancel » – et dans les aéroports en Ukraine. Autre débouché pressenti, la Corée où Texier sera diffusé par un partenaire local.

Avec 95 personnes dont 65 salariés dans l’usine de Vitré, Texier prévoit un chiffre d’affaires de 8 millions € en 2016 contre 5,6 millions en 2015.

Laisser un commentaire